Un petit guide seulement un tout petit peu sarcastique pour devenir un∙e pigiste accompli∙e

Un petit guide seulement un tout petit peu sarcastique pour devenir un∙e pigiste accompli∙e

Gersande La Flèche

T’es impliqué∙e à fond dans le gig economy? Mes sincères condoléances ! Je te comprends parfaitement, camarade, je passe aussi mon temps à lire toutes sortes de bêtises sur l’internet pour apprendre à mieux devenir «entrepreneur».  Si tu es un peu comme moi, sans doute tu cherches non seulement à survivre ta vie soi-disant professionnelle mais peut-être ainsi la rendre vivable ? Bah ! Je te préviens, je n’ai aucunement la solution pour toi ici.

Avant de me lancer, une toute petite mise en garde, honorable lecteurice : je parle ici d’être travailleu∙r∙se indépendant∙e, ou sous-traitant∙e, certes un « freelancer », mais dans les domaines « créatifs ». Marketing, relations publiques, rédaction publicitaire, traduction, un « creative », comme disent les anglos. Et la précision se mérite dans cette vénérable ère où les employé∙e∙s disparaissent sans laisser de trace; où les boulots à plein temps sont plus rares que les diamants de sang en voie de disparition (un grand merci aux millénaires sanguinaires!) Même si un peu à contrecoeur; on dirait que tout le monde à l’heure actuelle travaille à titre de sous-traitant aujourd’hui — et mon guide sera sans doute encore plus inutile pour ceuxzes en dehors de cet étrange domaine dans lequel je me trouve ces jours-ci.

Sans plus tarder, suis le guide!

1. Prépare-toi un horaire hebdomadaire rigide… pour bien sûr le balancer par la fenêtre par la suite!

Quand j’ai commencé à travailler de cette manière, je n’avais souvent absolument aucune idée à quoi allaient ressembler mes semaines. C’est pourquoi je suis devenu∙e très méticuleu∙x∙se avec mon calendrier. Chaque fois qu’un∙e client∙e approuve un devis, je me fixe de nouveaux événements dans Google Calendar avec toutes les informations pertinentes sur le projet, le client, et les délais/échéances. Je prévois au moins une heure par petite tâche, et bien plus pour les travaux plus complexes. Ça m’aide énormément à gérer mon temps et à anticiper le montant de travail que je peux bourrer dans une pauvre journée.

Mais le plus important c’est de se rappeler que ton joli emploi du temps bien ordonné sera balancé impitoyablement par la fenêtre aussitôt que possible. Ton travail, c’est 5% création et 95% service à la clientèle. T’inquiètes, tes clients seront très souvent difficile à plaire, implacable et inscrutable! Il faut toujours répondre aux malentendus et mésententes avec le calme et ne jamais perdre sa patience.

Qui nous amène au point suivant…

2. Documentation, documentation, DOCUMENTATION!!!

Dans un vrai cas de malentendu, ou d’erreur, ta bouée de secours se présentera en forme de courriels et d’autres documents réalisés pendant tes rapports professionnels avec ton client.

C’est pourquoi, et sans faute, voici une version simplifiée de ma démarche avec chacun de mes nouveaux ou anciens clients:

  • Étape 1: Établir la communication — courriels, en personne, par téléphone ou téléconférence, etc.
  • Étape 2: Confirmer par courriel ou par téléphone les délais ou échéances du travail à faire, le calendrier de retour des documents ou paiements, toute autre information dont j’aurais besoin pour préparer un devis pour le client.
  • Étape 3: Préparer et envoyer un devis, souvent avec une note par courriel que le travail ne commencera pas sans l’approbation écrite du client (ou du patron du client — j’ai de temps en temps affaire à des employés qui n’ont pas vraiment le pouvoir d’approuver ces genres de choses, et ça peut causer des ennuis par la suite si les vrais décideurs n’étaient pas complètement au courant de ce que je faisais, ou, pire, de mes tarifs).
  • Étape 4: Le travail avance. Si jamais il y a de conversations téléphoniques ou en personne par la suite, et si jamais les paramètres changent de manière substantive, je mets à jour le devis pour le client ou j’envoie des courriels pour le client résumant toutes décisions prises à l’oral. En plus de forger un bouclier pour le futur, établir une trace écrite soulage également mes propres petites anxiétés avec les conversations téléphoniques au travail, débris émotionnels d’une de mes premières expériences de travail qui a très mal tourné.
  • Étape 5: Rendre le produit final, accompagné par ma facture finale. (Si besoin, je copie les détails du calendrier de paiement ou de mes informations bancaires/Paypal dans le courriel lui-même, car souvent les clients n’ouvrent pas mes factures immédiatement.)

À noter que je n’ai jamais regretté créer trop de documentation — et que j’ai souvent regretté ne pas avoir de traces écrites des conversations ou décisions prisent il y a parfois longtemps. Je sais que ça peut vraiment sembler que créer des textes qui décrivent le travail à faire est une grosse perte de temps, mais ça prend seulement un client problématique sur vingt (ou même cent) pour te gâcher sérieusement la vie.

Si jamais tu as eu un client qui a pris un an et demi à régler ta facture, si jamais tu as eu un client qui a changé absolument tous les paramètres du projet en plein milieu du travail, si jamais tu as eu un client qui ne veut pas régler sa facture parce qu’il est insatisfait avec ce qu’il t’a explicitement demandé de faire... pour nommer seulement une petite poignée des situations difficiles à laquelle j’ai déjà fait face. Et ces situations créeront un stress absolument écrasant.

On peut se jurer qu’on ne travaillera qu’avec des clients raisonnables et gentils, mais la réalité est loin d’être aussi simple. Je suis encore jeune (?), mais mon expérience me confirme que la grande majorité des conflits au travail ne sont pas causés par la méchanceté, mais par la vie: on est surchargé et nos emplois du temps sont absurdes, ça va mal à la maison ou dans nos relations, on est malade ou on vit avec des troubles invisibles, on a peut-être mal compris le but de ce qu’on fait mais sans le réaliser, une grosse erreur a par grande malchance échappé une équipe entière responsable de l’assurance qualité, etc. Il ne faut jamais sous-estimer l’erreur humaine.

De toute façon, quand tout va bien (pour moi, rarement, mais de temps en temps) le rythme du travail est frénétique, et la communication ne sera donc jamais parfaite. L’acte de tout documenter sans cesse peut, de temps en temps, aussi offrir à tout le monde un peu de clarté et réduire les malentendus bien avant qu’ils ne surviennent.

Surtout, aucun travail n’est trop petit ou insignifiant pour suivre cette démarche.

3. Et, finalement, l’astuce miracle!

Voici un tuyau généreusement partagé par une traductrice professionnelle qui a présenté « So You Wanna Be A Freelance Translator » chez S’ATTAQ l’hiver dernier. Il s’agit tout simplement de créer un tableau dans Google Drive ou dans Excel registrant tous les tarifs (par mots, par page, horaires, etc.) approuvés par tes clients.

Et oui, encore plus de documentation! Mais t’inquiètes, ce tableau-ci va vite te devenir sacré.

Voici une petite capture d’écran du mien.
Voici une petite capture d’écran du mien. 

Voici une petite capture d’écran du mien. Dans la partie “Notes” je laisse souvent des remarques telles: « client n’a pas réglé dans les délais », « client ghosted », « tarif réduit pour une très bonne cause », etc. Ce tableau est sérieusement devenu ma bible du travail. Surtout quand certains clients ne donnent du travail qu’une fois par an ou moins!

Et bien, j’ai essayé de garder un ton sarcastique à travers ce guide mais il est devenu vite sérieux. Je reçois assez souvent des questions à ces sujets, et surtout des questions sur comment mieux communiquer avec des clients difficiles, donc j'espère que c'était pas trop ennuyeux !

Un petit mot final: le travail indépendant c’est de la bonne bullshit, le mensonge d’être son propre patron veut rien dire quand on est soumis aux caprices de tout le monde, quand on passe la moitié de son temps à ne pas crouler sous les dettes, ou le stress qui vient avec la gestion des clients exigeants, ou la peur d’une coquille qui ruinera ta bonne réputation ! Si t'es pogné dans ce travail comme moi, je te souhaite beaucoup de chance et un minimum de stress.

Peut-être ce petit guide t’aidera à mieux gérer ce stress, je l’espère en tout cas. Si jamais tu as des questions, les commentaires sur mon blogue ne fonctionnent pas en ce moment, mais tu peux toujours me rejoindre sur twitter @gersandelf ou par courriel à letters@gersande.com et je ferais de mon meilleur pour te répondre!

PS (pour de vrai) : Pourquoi ne pas soutenir ce Indiegogo pour l’incroyable projet de retour à la terre de Métis in Space?


Comments & Privacy Policy