Notes sur mon expérience TikTok

Une capture d'écran de mon profil TikTok, comme vu dans un navigateur web.

→ Read this post in English

Ma petite sœur m'a encouragé à rejoindre TikTok en juillet. Trois mois plus tard, je trouve que l'expérience a été intéressante. À la louche, mes objectifs sont de partager des vidéos sur le thé, et de temps en temps des clips sur mes plantes ou les livres que j'ai lus, mais seulement si ça m'amuse. Aussi, le compte est idéal pour faire des blagues sur la politique québécoise qui font un petit tour de la province. (À qui la chance? J'ai peut-être un illustre avenir à faire des blagues vraiment connes sur la politique!)

Voici mes observations sur l'expérience TikTok à date, du point de vue de quelqu'un qui ne cherche vraiment pas à cultiver son image ou son audience:

  • L'algorithme m'énerve. Mon contenu préféré sur mon défilé est le contenu que j'ai trouvé moi-même ou que des amies m'ont conseillé. Au lieu de prendre le temps pour former l'algorithme, j'évite en général la section «For You». C'est probablement exactement le contraire de ce que TikTok aimerait que je fasse. Oups ? 😅
  • Les pubs sont franchement opprimantes. TikTok (un peu comme Instagram et YouTube) semble m'avoir placée dans la catégorie: « cherche à tomber enceinte, perdre du poids, contrôler le syndrome prémenstruel, et surtout perdre du poids.» C'est déstabilisant, intrusif, et apparemment incontournable, car je n'arrive pas à bloquer les comptes publicitaires sur TikTok.
  • Le think tank américain Integrity Institute soutient que l'étendue de la désinformation sur TikTok et Twitter est à peu près égale. J'ai un compte Twitter depuis 2009, donc puisque je suis probablement assez habile à distinguer la désinformation sur cette plateforme, parcourir Twitter est peut-être moins frustrant pour moi. Je me demande si la raison pourquoi je trouve que c'est vraiment difficile de démêler la désinformation sur TikTok est parce qu'elle est entremêlée avec le contenu dans lequel on se retrouve facilement (ce qu'on appelle «relatable content» en anglais). Je pense en particulier aux coins neurodivergents ou «somatiques» de TikTok.
  • Dès le début de mon expérience TikTok, j'ai décidé que je n'enregistrerai pas de « réactions » aux autres pour exprimer mon désaccord ou dénoncer la désinformation en ce qui concerne, par exemple, la transphobie ou le capacitisme. En quelques mois, j'ai certainement vu passer des enregistrements hallucinants, mais la clé est de bloquer ces comptes et de poser son téléphone, de préférence dans un endroit facile à oublier. J'ai de la tachycardie et du stress à gérer, et rien ne me fait autant perdre la tête que de commencer une bagarre parce que quelqu'un sur l'internet a tort.
L'appel du devoir, en effet!
  • Peu après que j'ai creé mon compte TikTok, j'ai aussi posté certains clips enregistrés avec TikTok sur Instagram. Sur Instagram, ces vidéos ont tendance à avoir beaucoup plus de vues que mes photos/stories, et la portée de mon contenu Instagram est encore meilleure que TikTok. (Mais j'avoue que la qualité de l'engagement continue d'être terrible sur Instagram. Si c'est pas des scammers, c'est des hommes âgés et avec des profils bizarres qui viennent me lancer des commentaires très mal placés!)

Les suivants sont quelques comptes TikTok que j'apprécie beaucoup, et qui font en sorte que cette expérience en vaut presque la peine:

  • Alexandra @lalinguiste_, sociolinguiste féministe qui parle souvent de la rédaction inclusive
  • Kitti @caffinatedkitti, la life coach des vilaines — vibes impéccable et toutes sortes d'astuces pour décomposer les hommes qui intimident et harcèlent en public
  • Eddie @eddiejude7, qui offre des conseils solides pour la médiation des conflits et des confrontations saines
  • Florence @floralashes, Florence est tout simplement trop cool et son travail vient juste de paraitre sur le plus récent épisode de John Oliver’s
  • Juliet @julietlearns, une ancienne amie et mère qui vit à Brooklyn et qui offre des services de coaching pour les parents qui tentent de survivre l'apocalypse
  • @geographytriviakid, un compte qui m'encourage chaque jour à confronter gaiement ma propre ignorance du monde
  • Morgane @trashbaroness, peintre de mondes fabuleux, créatrice, et icône de la mode
  • Nathan @schizophrenicreads, qui parle souvent de livres sur l'histoire ou de la sociologie, et il a bon gout — j'ai lu cet été un livre qu'il avait conseillé sur TikTok, Unmask Alice de Rick Emerson, que j'ai trouvé très intrigant
  • Pat @pat.em.son.ukelele, pour écouter de très belles chansons accompagnées par ukelélé, par mon amie Pat
  • Reina @teasakao, un compte sur le matcha!
  • Roxane @roxanefutur, créatrice aux oeuvres peaufinés et réfléchis, qui réalise de courts vidéos se portant sur les réseaux sociaux et leur avenir
  • Simon @simondormtl, un prof de jeu vidéo d'UQAT Montréal
  • Vee @veeinthewoods, pour des adorables enregistrements de chiens heureux galopant à travers la campagne

Voilà, ce sont mes notes sur mes premiers mois sur TikTok. Des choses à méditer au fur et à mesure que je continue à être sur TikTok, tant que ça n'ajoute pas trop de stress à l'expérience d'avoir une présence virtuelle.

Gersande La Flèche

Gersande La Flèche iel/lo/mo

De jour je conseille ma clientèle sur la rédaction, révision & je traduis à la pige de l'anglais au français. La nuit (ou à l'aube, je suis matinalę) je griffonne poésie et histoire, en buvant du thé!
MTL // Tiohtià:ke