En septembre, j’ai parlé un peu sur mon engagement personnel à ne plus participer dans le système mondial de la mode rapide, billet qui a suscité une discussion très intéressante sur mon Facebook. J’ai alors contemplé comment je pourrais tendre vers le zéro déchet (pour emprunter le titre de Mélissa de La Fontaine) dans mes autres activités quotidiennes.

Une de mes activités préférées est d'écrire à la main.  Mes notes sur mes projets et mon travail vivent entre les pages de nombreux cahiers, j’ai un journal personnel dans lequel j’écris chaque jour (ou presque), et je saisis chaque occasion possible pour écrire et envoyer des « courriers escargots ». Je pensais donc comment on pourrait réduire le montant de déchets en plastique générés par l’utilisation des stylos, principalement en comparant trois types de stylos que j’ai utilisés cette année.

→ Read this post in English

Une photo du haut de mon bureau, montrant des tasses de thé, une théière, des papiers, ainsi que deux stylos Pilot G-Tec, dont un qui a été démonté.

Mes stylos Pilot G-Tec-C4

J’adore et j’utilise ces stylos depuis le secondaire (si je me souviens bien, mon amie Goatbunny était la première à me les montrer!)  Comme la plupart des stylos-billes ou gel, ces stylos peuvent être défaits en quatre morceaux:

  • Un bout en métal;
  • Le corps en plastique;
  • Le capuchon en plastique;
  • La réserve d’encre attachée à la bille (plastique et métal fusionné).

Le bon: J’adore utiliser ces stylos. Ils écrivent très bien et ils sont assez légers pour être parfaitement confortables dans la main pendant de longues périodes. De toutes les options sur cette page, ces stylos représentent certainement l’option la moins coûteuse, surtout si tu peux trouver des cartouches remplaçables. Chaque stylo se vend entre 3-5$ CA, dépendant où tu les achètes, et j’ai trouvé une boîte de 12 cartouches sur l’internet pour environ 30$ CA. Ça veut dire qu’une cartouche est environ 2,5$.

Le mauvais: Je ne suis pas du tout convaincux que ces stylos sont recyclables, au moins dans la plupart des programmes de recyclage municipaux ici (le portrait du recyclage au Québec est surtout triste). Une fois l’encre dans le stylo épuisée, ces stylos plastiques sont conçus pour être jetés à la poubelle. Au moins avec les cartouches d’encre remplaçables on peut éviter de jeter tout le stylo, même si les cartouches vides finissent par être jetées. Il existe une papeterie pas trop loin de chez moi où le détaillant offre de récupérer les cartouches usées pour les recycler, mais je ne sais pas trop quoi ça veut dire concrètement. Est-ce que les stylos sont renvoyés aux fabricants? Mes recherches Google préliminaires n’ont pas éclairci la question. Il vaut la peine de mentionner que ces stylos sont fabriqués au Japon ou en France, donc l’empreinte carbone d’extraire le pétrole et les hydrocarbures pour les transformer en plastique et ensuite en stylos, pour à la fin les faire venir à l’Amérique du Nord, est substantiel.

Photos de trois stylos LAMY, y compris un en plastique transparent où ont peut apercevoir les mécanismes intérieurs du stylo.

Stylo plume LAMY

J’ai découvert les stylos plume LAMY à l’université et c’est devenu toute une obsession. Mes stylos de tous les jours, je les remplis avec des encres amusantes de Herbin ou Diamine. Mes stylos LAMY peuvent être démontés en cinq morceaux :

  • Capuchon en plastique
  • Pointe de plume en acier
  • La section qui alimente la pointe en plastique
  • Corps du stylo en plastique
  • Cartouche réutilisable en plastique

Le bon: Même si ces stylos sont fabriqués à partir du plastique, en les traitant avec soin ils peuvent quand même représenter une option plus durable. Les nettoyer régulièrement peut assurer que les bouts en plastique n’ont pas besoin d’être remplacés avant longtemps. Et les pointes en acier peuvent elles-aussi être remplacées, si jamais tu échappes ta plume dans un instant de passion littéraire. La cartouche réutilisable peut être remplie d’encre à partir de bouteilles en verre qui sont facilement nettoyables, réutilisables, et recyclables. Mon stylo LAMY le plus ancien date de 6 ou 7 ans, et je les emmène partout, donc de mon avis ils sont plutôt robustes.

Le mauvais: Remplir un stylo plume avec de l’encre peut s'avérer une tâche délicate, donc beaucoup préféreront sans doute utiliser les cartouches jetables à la place, rendant la durabilité des stylos plume négligeables comparés aux stylos billes. Ces stylos sont aussi fabriqués de plastique, qui n'est pas une matière durable à produire. Tout plastique se dégrade éventuellement, et je ne sais pas ce que je vais faire avec mes stylos quand ils seront irréparablement brisés. De plus, l’entretien de ces stylos requiert un minimum d’effort et de patience. Je sais que celleux avec des horaires vraiment chargés auront peut-être du mal à adopter les stylos plume et les taches d’encre inévitables qui surviennent sur les doigts—et les vêtements, pour les maladroit∙e∙s comme moi! Bon, je trouve les taches d’encre plutôt charmantes, mais on a tous notre propre baromètre pour les trucs comme ça.

À noter: Comparés aux stylos plume en général, les stylos LAMY sont relativement peu coûteux, mais si tu n'as jamais acheté un stylo plume les prix peuvent parfois surprendre. Mes LAMY ont chacun coûté entre 35 $ et 50 $ CA (tenant compte que j’ai parfois dû acheter des nouvelles pointes ou cartouches réutilisables séparément). Les bouteilles d’encre peuvent aussi être trouvées pour des prix plutôt abordables, surtout si tu attends les ventes à la papeterie juste avant la rentrée. Une bouteille de 30 mL d’encre de la marque Herbin peut me durer 6 mois ou même plus. (Si tu utilises tes stylos seulement pour les occasions spéciales, même les bouteilles vont te durer des années !)

Une photo de mon journal où je suis en train d’écrire avec une vraie plume d’oie blanche et de l’encre noir.

Les plumes d'oie

Au mois d’août, un peu impulsivement, j’ai acheté de l’encre au gallo-tannate de fer fait main par la calligraphe Sunday Scriptorium. L'encre métallo-gallique (comme elle est aussi nommée) est fabriquée à partir de sel de fer et d'acide tannate dérivé de source végétale, et a une couleur noire ou violette. Cette formulation a dominé l'Europe de l'Ouest pendant une période de 1 400 ans entre les Vº et XIXº siècles. Malheureusement, cette encre n'est pas compatible avec les stylos plume modernes, car elle peut être corrosive au métal. J'ai donc dû trouver quelqu'un qui pourrait me vendre des plumes d'oie pour que je puisse expérimenter avec cette ancienne technique d'écriture.

Voici les composants d'une plume d'oie:

  • Une plume d'oie.

Le bon: Ma grand-mère a un peu capoté quand je lui ai montré le vidéo d'un de mes premiers essais avec la plume d'oie, car apparemment sa propre grand-mère utilisait une plume d'oie pour toute sa correspondance. Et même si un peu différent au début, on s'y habitue assez facilement avec un peu de pratique. Je me suis rapidement senti∙e comme le Capitaine Wentworth en train d'écrire sa lettre d'amour absolument dévastatrice !

En plus, un point incontestable dans la faveur de la plume d'oie est sa biodégradabilité. De nombreux programmes de compostage municipaux, comme le mien, peuvent accepter des plumes en petite quantité. Si tu peux sourcer la plume de quelque part où les animaux sont bien traités, cette méthode d'écriture s'avère sans doute une des plus durables sur cette page, d'un certain point de vue!

Le mauvais: Utiliser une réelle plume d'oie pour écrire ses notes au travail va certainement émaner du Big Pen Energy, mais l'image risque d'être un peu minée par le fait que tes notes vont être catégoriquement illisibles puisqu'écrire rapidement et avec justesse avec une plume d'oie est très, très difficile. L'encre métallo-gallique pénètre profondément dans la plupart des papiers, signifiant qu'on peut seulement utiliser le recto du recto-verso d'une page. Aussi, tailler la plume est beaucoup plus compliqué que tailler un crayon. De plus, si tu n'as pas le moyen de la composter et tu dois la jeter à la poubelle, son impact « vert » est neutralisé, puisque les déchets biodégradables peuvent causer des émissions graves de méthane dans les sites d'enfouissement.

À noter: La question de la provenance des plumes ne peut être écartée. Les oies sont domestiquées par les humains depuis au moins 4 millénaires, mais avant le XIXº siècle, très peu de gens autour de la planète avaient un besoin de fournitures et d'outils d'écriture comparable à celui d'aujourd'hui. Est-ce qu'on pourrait adopter les plumes d'oie aujourd'hui comme solution « zéro déchet » répandue pour le monde entier ? Probablement que non. De plus, quel est l'impact environnemental et culturel de l'agriculture des oies domestiques, surtout là où les oies sont une espèce invasive importée par les peuples colonisateurs sur des terres non cédées ? Voici des questions dont je suis mal équipéæ pour fournir les réponses, mais ces réponses sont nécessaires avant que la durabilité de cette méthode d'écriture puisse être affirmée pour de bon.

Une capture d'une scène du film d'animation The Secret of Kells (2009), figurant un jeune garçon vivant dans un monastère irlandais au 10ième siècle qui doit déplumer une oie peu disposée pour que les moines peuvent continuer leur travail d'illuminer les bibles.
Une capture d'une scène du film d'animation The Secret of Kells (2009), figurant un jeune garçon vivant dans un monastère irlandais au 10ième siècle qui doit déplumer une oie peu disposée pour que les moines peuvent continuer leur travail d'illuminer les bibles. 

La durabilité est une équation complexe avec des possibilités infinies de variables. Le plus que j'y pense, le plus que je crois qu'il est impossible de dire avec certitude qu'une méthode ou une autre est la plus durable. Mais je crois qu'il est possible de discerner quelle méthode est un peu mieux qu'une autre, relatif à ta situation et aux choix qui te sont accessibles. Je vais continuer à utiliser les plumes d'oie que j'ai déjà puisque j'adore l'effet que ça donne, mais pour le jour à jour, les stylos plume que j'ai déjà sous la main seront privilégiés. Comme il est souvent le cas, la durabilité consiste surtout à utiliser ce qu'on a déjà sous la main.